La sophrologie pour les aînés

"Notre plus grand médecin est la force vitale qui est en nous" Hippocrate

La sophrologie pour les aînés

En juillet 2017, après la formation du cycle fondamental, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure de la pratique de la sophrologie caycédienne. J’ai mis sur pied un groupe, dans ma bonne ville de Nivelles.
Et le travail a commencé.

Aujourd’hui, j’exerce à Nivelles et à Braine-­‐L’Alleud,

principalement autour de trois axes.

  • En individuel, pour mieux répondre aux demandes spécifiques
  • En groupe pour les adultes de 20 à 65 ans
  • En groupe pour les aînés

 

En individuel,
je travaille essentiellement au Centre de psychologie et de mieux-­‐être
de Braine­‐L’Alleud

 

 

 

             (Rue Pierre Flamand, 201).

 

 

 

Le CPME est un jeune centre interdisciplinaire dans le domaine de la psychologie et du mieux-­‐ être. Chaque professionnel a sa spécificité. Nous sommes neuf intervenants.
J’y trouve une très grande richesse notamment dans les intervisions entre professionnels du centre. Échanger sur les méthodes de chacun et voir ce qui peut convenir le mieux aux patients/clients est, pour moi, un plus indéniable. Il arrive qu’un de mes clients soit redirigé vers une collègue ou réciproquement. Nous essayons de répondre au mieux aux besoins des personnes. Parfois, les suivis sont conjoints. Nous nous adaptons.

 

Pour les groupes, je propose des modules de six séances. La personne s’engage à venir six fois de suite, une fois par semaine, pour suivre un programme de mieux-­‐être. Si elle le désire, elle peut se réinscrire à un second, un troisième module pour mieux intégrer les techniques et se les approprier.

Certaines personnes continuent ensemble et je peux alors évoluer avec elles dans les techniques et proposer certains outils du cycle radical.(Un travail avec les sons,sur nos origines,notre liberté et le sens de la vie).

Guider des groupes de personnes qui avancent en âge est un vrai défi. Les aîné(e)s doivent faire face aux douleurs, à la maladie, aux disparitions des proches, à la nostalgie, à la solitude, au vieillissement, à la peur de mourir… En mars 2018, avec Annie D. et Danielle B., nous avons eu la chance de suivre la formation caycédienne « Mieux vieillir et sophrologie ».  Ce stage nous a donné des outils. Nous adaptons nos protocoles aux réalités rencontrées. Chaque sophronisant trouve ses réponses. Nous avons créé un groupe de travail et d’intervention :SophroS’âge.

Hors centre : une sophrologie de terrain

Un quatrième axe se développe, de « manière saisonnière », ce sont les « sorties sophrologiques ». Biologiste de formation, j’aime la vie, la nature. Et c’est avec plaisir que j’emmène les participants dans des coins de verdure, de campagne, de bois ou le long de l’ancien canal Charleroi-­‐ Bruxelles. Vivre la sophrologie la tête dans les étoiles et les pieds bien sur terre. Promenade lente entrecoupée de séances et de silence. Merveilleuse combinaison pour capter toutes les vibrations et les énergies qui font que le corps se révèle pour mieux être soi.

Quelle joie, quel retour.

Un de mes plus grands plaisirs est d’écouter les partages positifs des phénodescriptions. Juste un tout petit exemple : lors d’une séance sur la somatisation du positif, Maria (64 ans)

sent toute la liberté qu’elle a en elle de pouvoir s’offrir cette somatisation, c’est une révélation pour elle. Elle a déjà suivi quatorze séances. Et c’est à la quinzième que le déclencheur a fonctionné. Elle ne l’a pas encore conquis cette liberté, loin de là (comme beaucoup d’entre nous), mais elle sent que potentiellement c’est elle qui décide de la faire émerger.

Elle s’est sentie bien, de belles perceptions, une belle émotion. Sa vie a changé.

 

Si vous voulez me rencontrer, parler, échanger autour d’une tasse de café, n’hésitez pas à me téléphoner. Vous êtes les bienvenu(e)s pour un sophropartage. Brigitte Ghilain 0495/693928

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :