La sophrologie au CITES-Clinique du Stress

"Notre plus grand médecin est la force vitale qui est en nous" Hippocrate

La sophrologie au CITES-Clinique du Stress

HISTORIQUE DU C.I.T.E.S (Centre d’Information, de Thérapie et d’Étude sur le Stress)

Le CITES-Clinique du Stress (appelé à l’origine : « CITES-Prévert ») est né en octobre 1995 à  l’initiative de Martine TIMSIT, neuropsychiatre et Professeur à la Faculté de Psychologie de l’Université de Liège, de Pierre FIRKET, médecin généraliste et systémicien, et de Dominique DETHIER, psychologue. Ces professionnels de la santé rencontraient, dans leur pratique, des personnes n’entrant pas tout à fait dans le champ de la maladie mais vivant assurément un malaise, des manifestations somatiques et/ou psychologiques, ne trouvant  leur origine dans aucun trouble organique ou psychiatrique. Sans être graves au départ, les problématiques rencontrées étaient complexes et nécessitaient  une approche médicale, psychologique et sociale au risque de se détériorer.

Confrontés de plus en plus à ce type de population, les trois fondateurs du CITES ont entamé une réflexion sur l’émergence de ces nouvelles pathologies et sur la pertinence de leur réponse respective. Ainsi, l’idée d’une prise en charge globale, tenant compte de tous les facteurs déstabilisants et de tous les symptômes, est née,  avec en filigrane la notion de stress, de réaction de stress, d’état de stress,  l’analyse des vulnérabilités et potentialités ainsi que des capacités  d’adaptation de chacun.

L’équipe de base du CITES-Clinique du Stress s’est entourée rapidement d’autres professionnels de la santé pour mettre au point une batterie d’outils et de procédures dans un objectif de prévention de la maladie, de la maladie mentale, de l’anxiété et de la dépression. Le CITES-Clinique du Stress s’est résolument tourné vers la prévention avec une perspective de créativité, de pluridisciplinarité et de respect de l’autonomie de la personne.

L’idée de départ était de se centrer sur une approche individuelle du problème du stress, mais très vite, le CITES-Clinique du Stress s’est intéressé au stress au travail. Ainsi, diverses collectivités ont fait appel à lui afin d’observer, d’analyser les causes de stress dans leur entreprise. Est née, alors, l’idée de former des personnes ressources de l’entreprise, ayant  en charge le souci de l’évolution de la problématique du stress dans leur milieu de travail.

Le CITES-Clinique du Stress, depuis plus de 20 ans, a posé ses jalons dans tout le territoire francophone du pays  et a été sollicité par de nombreuses entreprises, publiques et privées, pour des missions de sensibilisations et de formations dans le cadre de la problématique du stress, du stress post-traumatique,  du harcèlement moral  et même de la prévention du suicide.

L’approche corporelle au CITES-Clinique du Stress

Au CITES-Clinique du Stress, notre souci est d’appréhender l’individu dans sa globalité psychologique, familiale, sociale, professionnelle et … somatique.

Aussi, avons-nous réfléchi au sein de l’équipe pluridisciplinaire aux techniques de massage et de relaxation susceptibles d’apporter, en complémentarité avec les autres techniques proposées (entretiens psychothérapeutiques, entretiens psychiatriques, entretiens psychosomatiques, ateliers de prévention du stress), une détente, une meilleure connaissance de son corps et une réflexion sur soi.

Les personnes qui se présentent à nous, se plaignent souvent d’une tension générale, de douleurs, de sensations négatives associées à d’autres symptômes psychologiques. Ainsi, ces personnes ont une perception modifiée de leur corps ; les sensations négatives imprègnent leur conscience et les sensations agréables sont occultées. Elles éprouvent des difficultés à se détendre seules et à trouver des moyens pour diminuer ou faire disparaître ces symptômes invalidants.

Lors des réunions d’équipe, chaque intervenant est amené à réfléchir et à proposer des pistes en regard de la situation exposée.

Dans ce souci d’appréhender l’individu dans sa complexité et sa singularité, nous proposons des techniques différentes appliquées en fonction des attentes de la personne et des besoins identifiés lors de l’anamnèse. Nous sommes attentifs aux  craintes et aux ressentis exprimés.

Le thérapeute, lui aussi, chargé de son expérience et de son bagage affectif et émotionnel personnel, aborde la personne avec beaucoup d’humilité.

Si l’objectif premier est de lui apporter du bien-être, il éprouve également du plaisir à donner et à partager ce moment de détente : un véritable langage corporel s’instaure entre patient et thérapeute. Cette relation thérapeutique va permettre un travail de co-construction et va susciter chez la personne une réflexion approfondie sur elle-même et sur l’expression de ses émotions à travers le corps.

Massages, relaxation, respiration, étirements et … Sophrologie

Etre massé est une expérience unique, différente à chaque fois.

Les possibilités infinies du toucher, la palette de techniques de massage à notre disposition constituent aussi bien pour le thérapeute que pour le soigné une expérience enrichissante sur le plan sensoriel et relationnel.

Quelle que soit la technique utilisée, arriver à réduire le tonus musculaire excédent est le premier but à atteindre.

En Sophrologie, le processus est plus complexe et tend à « modifier le niveau de conscience » pour aller à la découverte de ses sensations internes, externes et de son corps dans l’espace, en pratiquant des exercices de concentration, de respiration et de visualisation.

Mon historicité au CITES

C’est en décembre 2002 que je rejoins l’équipe du CITES qui ne comptait jusqu’alors qu’une seule kinésithérapeute avec qui je venais de terminer une formation non caycédienne en sophrologie et relaxation. Au début, c’est surtout mon côté kiné qui était mis en avant.

Ce n’est qu’après la rencontre avec le Dr DEBELLE Michel et ma formation auprès de lui (et ensuite auprès du Professeur Caycedo et de sa fille Natalia) que la sophrologie a pris de plus en plus de place dans mon travail au CITES.

Au point, qu’actuellement, la sophrologie occupe les trois quart de mes interventions.

Au niveau individuel, je propose un « package » de 5 séances de sophrologie dans lequel les usagers du CITES peuvent trouver les « outils » de base pour gérer leurs stress et émotions.

Les séances de sophrologie sont enregistrées et copiées sur la clé USB de l’usager pour qu’il puisse s’entrainer entre les visites.

Le nombre de 5 séances est une proposition ; l’usager peut arrêter avant s’il n’accroche pas à la technique ou bien prolonger celles-ci s’il le désire. 

Au niveau collectif, j’organise, 3 à 4 fois par année, des initiations à la sophrologie qui se déroulent sur 4 jeudi soir de 19h00 à 20h30. En plus de quelques petits points de théorie, je donne 2 séances de sophrologie par soirée. Les participants se retrouvent donc avec 8 séances enregistrées et qui leurs permettent de poursuivre leur entrainement à domicile par après.

Au moment de l’écriture de cet article, le 18ème groupe (avec 19 participants) allait commencer.

La moyenne des participants étant de 12 par session.

Il est déjà prévu, pour le mois de février 2019, de recontacter les participants des 18 initiations pour leur proposer une deuxième étape que l’on a décidé d’appeler « sophro + » et dans laquelle on abordera le deuxième et le troisième degré.

Conclusion

Le stress fait partie de notre vie et nous aide à nous adapter. Ce mécanisme physiologique est important pour notre survie, néanmoins en surcharge, il dépasse son but et entraîne un malaise psychologique et somatique. Il existe des moyens de le réduire par différentes approches dont l’approche corporelle.

L’approche proposée au CITES – Clinique du Stress est un cheminement avec le patient vers une « meilleure harmonie » de son corps et de son esprit.

Les objectifs poursuivis sont dans un premier temps d’obtenir un bien-être  « ici et maintenant » et de se donner, dans le contexte du stress, un petit espace de détente.

La meilleure conscience du corps et de ses réactions va permettre d’ouvrir le champ de la réflexion et de mieux comprendre les processus mentaux et leurs interactions avec le corps (en parallèle avec la psychothérapie, si elle a lieu).

Libre à chacun d’instaurer dans son quotidien des exercices, des aménagements dans son dialogue personnel avec le corps.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :